Notre sélection conseil > Plus de retraite et moins d'impôt ? La solution, c'est le PERP
Imprimer Envoyer par mail

Avril 2019 - Placements

Plus de retraite et moins d'impôt ? La solution, c'est le PERP

Les impôts et la retraite sont deux des principaux sujets évoqués dans le Grand Débat. Le gouvernement avait déjà pris les devants il y a plusieurs mois avec la Loi Pacte et la réforme des retraites qui devraient voir le jour à l'été. Avec une tendance claire : l'allongement du temps de travail pour tous (donc moins de retraite pour vous) et la baisse des impôts pour certains (mais pas pour vous...). Quand on fait partie de la classe moyenne dite "supérieure", on doit donc se débrouiller tout seul pour diminuer ses impôts, tout en se préparant à la baisse des revenus à la retraite. C'est justement la formule que propose le PERP avec des versements déductibles de l'impôt sur le revenu qui permettent le versement d'une rente viagère à la retraite. Ça mérite de s'y intéresser, non ?

:

Le PERP mode d’emploi

Lancé en 2003 par la réforme Fillon sur les retraites, le PERP (Plan Epargne Retraite Populaire) est un produit d'épargne qui permet de cotiser en vue de sa retraite (en bénéficiant d'une déduction d'impôt sur les versements réalisés). À la retraite, le capital est généralement transformé en rente viagère qui va venir compléter la pension de retraite.

Pour attirer les épargnants, le PERP offre un bonus fiscal à l'entrée : les versements sont déductibles du revenu imposable dans la double limite de :

  • 10% des revenus du travail de l’année n-1 (après abattement de 10%), limités à 8 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS) de l’année n-1 (PASS 2018 :39 732 euros)
  • 10% du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale si les revenus sont trop faibles (PASS 2019 : 40.524 euros)

Exemple :

- Si vos revenus de l'année 2018 s'élèvent à 50.000 euros, vos versements déductibles l'année 2019 sont plafonnés à 5 000 euros (10% de vos revenus).

- Si vos revenus de l'année 2018 s'élèvent à 350.000 euros, vos versements déductibles l'année 2019 ne seront pas plafonnés à 35.000 euros (10% de vos revenus) mais limités à 10% du PASS x 8, soit 31.785,6 euros.

- Si vos revenus de l'année 2018 s'élèvent à 20.000 euros, vos versements déductibles l'année 2019 ne seront pas plafonnés à 2.000 euros (10% de vos revenus) mais à 10% du PASS, soit 4.052,4 euros.

:

>> Je demande un complément d'information sur le PERP

:

Les raisons du succès

Le PERP s'adresse à tous les salariés, mais aussi et contrairement aux idées reçues, aux travailleurs non-salariés (TNS) et aux personnes sans emploi. Il peut donc s'adapter à tout changement de statut intervenant au cours d'une vie professionnelle.

Comme il s'agit d'un produit de déductions d'impôt, la réduction dépend de la tranche marginale d'impôt. Plus elle est élevée, plus la réduction sera forte : un contribuable soumis à la tranche à 45% bénéficiera donc d'une réduction de 45% de son versement (s'il ne dépasse pas les plafonds).

Ce placement convient idéalement aux épargnants actifs qui sont dans la période de leur vie où leurs revenus sont les plus élevés, pour maximiser le gain d'impôt. Plus l’écart de revenus annuels, par rapport aux revenus moyens, est grand, plus le PERP est attractif. Une niche accueillante d'autant plus qu'elle n'est pas comprise dans le plafonnement global des niches fiscales de 10 000 euros.

Une fois à la retraite, pas de bonus fiscal puisque la rente viagère est imposable au même titre que les pensions et retraites classiques. Mais depuis 2011, il est possible d'effectuer une sortie partielle en capital de 20%.

:

>> Je demande un complément d'information sur le PERP

:

Comme pour l'assurance-vie, le PERP peut tout à fait convenir aux profils sécuritaires puisqu'il est possible d'être investi en fonds en euros. Le PERP est un des rares produits de défiscalisation sur lequel les versements sont garantis (à condition de verser sur le fonds en euros). Et à l'heure où le financement des retraites n'est pas acquis, cette rentrée d'argent sera la bienvenue pour contrer la baisse de votre pouvoir d'achat au moment de la retraite. Le PERP offre en effet des revenus garantis à vie avec le mécanisme de la rente viagère.

:

>> Je reçois une documentation gratuite sur le PERP
:

Les atouts du contrat

Si comme le veut l’adage « les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs », le fonds en euros de Mon Financier Retraite PERP a pris l'habitude de servir un rendement relativement stable et attractif depuis plusieurs années : En 2018, son rendement était de 2.40%*, comme en 2017. Une belle régularité alors que la moyenne des rendements des fonds euros 2018 devrait se situer autour des 1.5%* après 1.8%* en 2017, selon la FFSA (Fédération Française des Sociétés d'Assurance).

Le contrat est accessible dès 45 euros en versement initial et 30 euros/mois en versements programmés. Autre avantage et non des moindres, l’architecture ouverte, avec plus de 90 unités de compte sélectionnées par les experts de MonFinancier, permettant d'investir dans tous les classes d'actifs, même les plus pointues !

Proposer des solutions parmi les plus performantes et les moins chères du marché fait en effet partie de notre ADN. Et MonFinancier Retraite PERP n'échappe pas à la règle !

> Absence de frais de dossier

> 0% de frais sur les versements

> 0 % de frais sur les arrérages

:

>> Plus de rendement et moins de frais, je découvre MonFinancier Retraite PERP

:

Quel impact de l'année blanche 2018 sur vos versements 2019 ?

L'année 2018 a été une année blanche : Les revenus perçus en 2018, sauf éléments exceptionnels, ne seront pas imposés en 2019. Ils bénéficieront en effet d'un crédit d'impôt, pour compenser le fait que les revenus 2019 seront imposés dès 2019 avec le prélèvement à la source.Si les revenus de 2018 ne sont pas imposés au titre de l'année de transition, les déductions qui permettent de réduire ces revenus n'ont donc aucun intérêt. C'est le cas pour le PERP (Plan d'épargne retraite populaire) dont l'intérêt principal est de pouvoir déduire de son revenu imposable les versements qui y sont effectués (dans certaines limites) et en contrepartie d'un blocage jusqu'à la retraite.

Pour éviter que les contribuables ne suspendent leurs versements en 2018, les députés ont voté une mesure anti-optimisation. La loi de finances rectificative prévoit en effet que, si le montant versé en 2018 est inférieur à la fois à celui versé en 2017 et à celui versé en 2019, le montant des versements déductibles pour l’imposition des revenus de 2019 sera égal à la moyenne des sommes versées en 2018 et 2019.


Exemple d'un célibataire soumis aujourd'hui à la tranche à 41% et qui fait des versements de 3000 euros par an dans un PERP.

:

Au final, l'avantage obtenu en maintenant ses investissements en 2018 ou en les décalant à 2019 est le même. Le gouvernement espérait ainsi que l'épargnant ne toucherait pas à ses versements de 2018. Mais si la réduction est la même, l'épargnant avait donc quand même intérêt à attendre et à différer ses investissements, d'autant qu'il ne peut jamais être sûr qu'il n'aura pas, en 2019, un besoin d'argent qui le contraindra à interrompre ses versements dans le PERP. Il aurait alors versé en 2018 pour rien...
Par ailleurs, la réduction de 20.5% est relativement faible pour un investissement bloqué jusqu'à la retraite et qui sera imposé à la sortie, sous forme de rente, à un taux peut-être supérieur à 20.5% surtout quand on sait que les prélèvements sociaux s'élèvent déjà à 9.8%. Sachant qu'on a pris le cas d'une personne aisée soumise à une TMI de 41%. Pour une TMI de 30%, l'avantage est encore moindre (15%) et l'intérêt est quasiment nul pour une personne soumise à une TMI de 14%.

:

Dès lors, les épargnants avaient donc intérêt en réalité à différer leurs investissements jusqu'à 2020 (ils bénéficieront du report du plafond 2018 et 2019) afin d'obtenir une déduction sur 100% de ses versements. Car le PERP est un bon investissement surtout quand la déduction bat son plein.

:

Pour ceux qui n'ont pas diminué leurs versements sur le PERP en 2018, ils ont donc été pénalisés puisqu'ils ne pourront pas déduire ses versements pour réduire leur impôt (sauf revenus exceptionnels). Mais pour eux, 2019 redevient une année normale. Les versements qu'ils font dans le PERP redeviennent totalement déductibles.

Pour ceux qui ont diminué leurs versements sur le PERP en 2018, il faut donc attendre 2020 pour faire de nouveaux versements.

Enfin, ceux qui n'avaient pas de PERP en 2018 ne sont pas concerné par la règle anti-optimisation, et peuvent faire des versements en 2019 sur un PERP en profitant à plein des réductions.

Par contre, dans tous les cas, il faut privilégier un PERP de qualité avec un bon fosnds en euros et des supports diversifiés pour investir en actions, en obligations ou encore en pierre-papier (SCPI). C'est le cas de notre contrat MonFinancier Retraite PERP.
Contrairement à un contrat d'assurance-vie, un PERP se transfère. N'hésitez pas donc à demander le transfert de votre plan vers celui de MonFinancier, afin de bénéficier de notre accompagnement et de notre expertise.

Pour demander votre transfert, rien de plus simple. Il suffit d'ouvrir un nouveau PERP tout en demandant le transfert de celui d'origine sur papier libre mentionnant :

  • le nom et le numéro du contrat externe
  • les coordonnées et contacts de l'organisme d'origine.

Et vous n'aurez pas à vous soucier du transfert. Notre partenaire entrera en effet directement en contact avec la compagnie détentrice de votre contrat d'origine pour en demander et obtenir le transfert. Alors qu'attendez-vous pour sauter le pas ?

:

>> Recevez gratuitement un complément d’information sur MonFinancier Retraite PERP


Communication non contractuelle à but publicitaire

* taux net de frais de gestion, hors prélèvements sociaux et impôt sur le revenu. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

MonFinancier Retraite PERP est un Plan d'Epargne Retraite Populaire géré par Suravenir (une filiale du Crédit Mutuel ARKEA), entreprise régie par le Code des assurances.