Notre sélection conseil > Le bal des rendements des assurance-vie débute, nouvelles baisses en vue ?
Imprimer Envoyer par mail

Janvier 2019 - Assurance-vie

Le bal des rendements des assurance-vie débute, nouvelles baisses en vue ?

C'est parti pour le traditionnel bal de publications des rendements des fonds en euros des contrats d'assurance-vie. Cela fait maintenant plusieurs années qu'on s'est habitué à voir systématiquement une baisse du rendement moyen, année après année. Et, vues les premières publications d'assureurs, cette année ne devrait pas modifier cette routine. Quels sont les fonds qui sortent du lot ?

:

Rendement stables ou en baisse

On connait les premiers rendements des fonds en euros pour 2018. Comme tous les ans, ce sont les mutuelles qui ouvre le bal les premières. Premier de cordée, le groupe Covéa, maison-mère des assureurs MAAF, MMA et GMF, a annoncé des rendements stables pour l'année : 2,1%* chez GMF Vie, entre 1,51 et 2,01%* chez MMA Vie (selon le niveau d’encours et la part d’unités de compte) et à 1,85%* chez MAAF vie. Une satisfaction pour le groupe, qui avait connu de très importante baisse l'année dernière : -0.4 point pour GMF et -0.5 point pour MAAF et MMA.

Si la première publication pouvait annoncer une stabilité du rendement moyen en 2019, celles qui ont suivi font plutôt craindre une nouvelle baisse en 2018.

Toujours très attendue, l'association d'épargnant Afer a publié un rendement de 2.25%* contre 2.40%* l'année dernière

La France Mutualiste a annoncé un taux en baisse de 0.1% pour son assurance-vie historique, réservé aux combattants, anciens combattants et victimes de guerre, à 2.8%*. Pour les autres contrats du groupe, le taux est passé de 2.01% à 2.018% même s'il pouvait être "boosté" à 2.51% en fonction de la part investie en unités de compte.

Apicil, l'assureur du contrat MonFinancier Frontière Efficiente a publié un rendement 2018 pour son fonds en euros de 2,01%*, contre 2,10%* en 2018.

>> Je demande une information détaillée sur le contrat d'assurance vie frontière efficiente.

Du côté des banques, Société générale a indiqué que le taux moyen de ses fonds euros ressortait à 1,78%, quasi stable (+0,02 point) par rapport à l'année précédente. Les rendements s'étalent de 1,33 à 1,85% pour les principaux contrats, selon l'encours.

Suravenir, filiale du crédit mutuel, a publié le rendement de son fonds en euros immobilier, composés de supports immobiliers.Le fonds "Sécurité Pierre Euro", qu'on avait classé 4ème de notre palmarès de fonds en euros en début d'année, a rapporté 3.20% pour 2018 contre 3.40% en 2017. Il est composé à 79% d'immobilier d'entreprise et n'est accessible qu'à condition de verser 50% minimum en UC et 35% maximum en Sécurité Pierre Euro.

>> Je demande une information sur le fonds en euros Sécurité Pierre Euro


Pourquoi les rendements baissent-ils ?

La réponse est en fait assez simple : Les fonds en euros sont composés majoritairement d'obligations d’États, France et Allemagne notamment, de très long terme. Certaines obligations achetées il y a 10 ans ou plus rapportent encore 4-5 % par an, voire plus. Mais chaque année, l'assureur est obligé d'acheter de nouvelles obligations, pour faire face à la demande en constante progression des épargnants en assurance-vie, mais aussi parce que leurs vieilles obligations arrivent à échéance. Or, depuis 2007, les taux n'ont fait que baisser pour arriver à des niveaux ridiculement bas (le 10 ans allemand est à 0,23%). Or, quand on remplace une obligation qui rapportait 4,5% par une obligation qui rapporte 0,3%, l'effet sur le rendement global se fait forcément ressentir.

Par ailleurs, la baisse récente peut s'expliquer aussi par les évolutions réglementaires. Depuis le 1er Janvier 2016, la réforme réglementaire européenne Solvabilité II s'applique sur les sociétés d'assurances. Cette directive a renforcé les règles « prudentielles » auxquelles sont soumis les assureurs, qui ont notamment dû renforcer leurs fonds propres, aux dépens de la performance des fonds en euros. Même si les taux des obligations d’États sont en phase de remontée, ils resteraient bas et ne permettraient pas de compenser le rendement des vieilles obligations qui arrivent à échéance. Par ailleurs, la loi Sapin II votée en 2016 a donné au Haut conseil de stabilité financières (HSCF) le pouvoir d'imposer aux assureurs un nouveau renforcement de leurs réserves.

Le cabinet Facts & figures estimait il y a quelques mois que le rendement moyen des fonds en euros devrait être compris en 1.67%* et 1.8%*. Pour rappel, il s'est établi à 1,8%* en 2017. Mais une éventuelle reprise de l'inflation pourrait entraîner la hausse des taux directeurs à l'avenir.

L'inflation s'élevait à 1.33% en début d'année et vaut désormais 1.8% (source INSEE). Cela signifie qu'en 2018, il faut que le fonds euros ait rapporté plus de 2% (avant prélèvement sociaux) pour qu'il protège bien l'épargnant contre la hausse des prix. Heureusement, il existe encore des fonds euros qui ont rapporté plus de 2%*, voire même plus de 2.5%*, nets de frais (frais de gestion ET frais d'entrée) en 2018 et devraient ressortir des rendements stables ou en légère baisse en 2019

>> Voir notre palmarès des fonds en euros


:

Le meilleur placement sans risque

Si un rendement autour de 2% peut décevoir les épargnants, les autres produits d'épargne (Livrets A, PEL, etc...) se trainent tous sous les 1%

Avec un rendement sur le fonds en euros à à 2%* FFSA), même sans les avantages fiscaux à 8 ans, et si on paye la flat tax de 30 %, on se retrouve avec un rendement net de 1,4%, donc supérieur à ce qu'on obtient sur tous les livrets réglementés.

En pratique, la fiscalité est rarement aussi élevée. Certes, vous ayez toujours les prélèvements sociaux de 17,2 % (sauf non résidents), mais l'IR n'est prélevé qu'au moment des rachats.
Si vous ne faites pas de rachat, vous ne payez donc pas d'IR. Certes, vous finirez par faire un rachat (quoique...) et donc payer de la fiscalité au moment du rachat mais en attendant, l'épargne accumulée continue de produire des intérêts.
Si vous faites un rachat, seule la part de gain inclus dans le rachat est imposée. Cette part de gain est souvent marginale par rapport à la part de versements. Au bout de 8 ans, les gains pris en compte dans les retraits bénéficient avant impôt d'un abattement de 4600 euros pour un célibataire ou de 9200 euros pour un couple. En pratique, une grande partie des intérêts produit par le fonds en euros sera donc exonérée d'IR

À savoir : Sur MonFinancier Retraite vie, le fonds en euros Suravenir Opportunités a servi en 2017 un rendement de 2,80*%nets de frais de gestion. Le fonds Suravenir Rendement, également disponible sur MonFinancier Retraite vie, a servi quant à lui un rendement de 2*% net en 2017.

A noter qu'afin de préserver cette performance, chaque nouveau versement sur le fonds Suravenir Opportunités doit comporter 40% minimum en unités de compte. Les unités de compte constituent d'ailleurs un potentiel de performance, à condition d'être prêt à ajouter une dose de risque, dans la mesure où elles ne garantissent pas le capital versé. S'agissant du fonds en euros Suravenir Rendement, depuis le 1er novembre 2016, tout versement supérieur ou égal à 250 000 € doit être investi à 30% minimum en Unités de Compte

>> J'obtiens gratuitement une information détaillée sur MonFinancier Retraite Vie

Ces performances ne se font pas au détriment de la liquidité. En effet, les sommes investies dans l'assurance-vie sont toujours disponibles. Vous pouvez faire des retraits partiels ou un rachat total à n'importe quel moment, et récupérer vos fonds en quelques jours. Vous pensiez que l'assurance-vie était bloquée 8 ans ? Les huit années, c’est pour bénéficier d’une fiscalité plus douce et notamment d'un abattement annuel de 4 600 euros pour un célibataire ou de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé, qui s'appliquent sur la part de gains retirés.

L'assurance-vie présente d'autres avantages, comme par exemple celui de diminuer les droits de succession en désignant le ou les bénéficiaires en cas de décès qui bénéficieront d'un abattement sur les sommes transmises via l'assurance-vie.

>> Je reçois une documentation gratuite sur le contrat d'assurance-vie de MonFinancier

:

:


Communication non contractuelle à caractère publicitaire

*Taux net de frais annuels de gestion, hors prélèvements sociaux et fiscaux. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

**Pour accéder au fonds en euros Suravenir Opportunités, chaque versement doit comporter au minimum 30 % en Unités de Compte. Les investissements en unités de compte présentent un risque de perte en capital, doivent s’envisager dans une optique long terme et porter sur une petite partie d’un patrimoine global. Contrairement au fonds en euros, la valeur de ces unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

MonFinancier Retraite Vie est un contrat individuel d'assurance vie assuré par SURAVENIR, Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital entièrement libéré de 400 000 000 euros. Société mixte régie par le Code des Assurances / Siren 330 033 127 RCS Brest. Siège social : 232 rue Général Paulet - BP 103 - 29802 Brest Cedex 9.