Notre sélection conseil > Immobilier : Quel bien peut-on acheter pour 300.000 euros dans le monde ?
Imprimer Envoyer par mail

Novembre 2018 - Immobilier

Immobilier : Quel bien peut-on acheter pour 300.000 euros dans le monde ?

Quel bien peut-on s'offrir avec 300.000 euros ? Pour ce montant, les disparités sont bien présentes. On peut s'offrir un « petit » 31m² en moyenne en France et voire moins... 18m² à Londres, selon Century 21. Pour le même prix, on peut se payer bien plus grand, dans les pays de l'Est, ou en Amérique Centrale. Et pas qu'un peu plus grand puisque la surface double, triple, voire culmine à 600m² pour une villa au Cap. Une différence... de taille !

Un tour du monde des prix de l'immobilier

D’après une étude de Century 21 réalisée dans les grandes métropoles de plus de 80 pays, il est possible d'acquérir un bien d'une superficie entre 18 m² et 600 m² avec un budget de 300 000 euros.

Sans surprise, c'est à Londres où les prix affolent les compteurs. Pour 300.000 euros, un acquéreur ne devra se contenter que d'un 18m² dans la capitale britannique là où à New-York, on ne gagne que deux petits mètres carrés. Paris arrive en quatrième positon des villes les plus chères au monde avec une superficie de 31m².

Dans la ville du Cap en Afrique du Sud, il est possible de devenir propriétaire d'une villa de luxe avec des prestations haut de gamme de 600 m² pour 300 000 euros ! Pour la même somme un acquéreur peut s'offrir un 500 m² à Tirana, la capitale albanaise et un 219m² à Mexico.

Avec 300.000 euros à Paris, on peut donc s'offrir un 31m², là où une villa de 600m² vous tend les bras au Cap. Un écart de surface qui en laisse plus d'un rêveur. Investir dans la pierre avec un budget plus modeste ? De plus en plus de Français se lancent dans un investissement immobilier hors de nos frontières pour tenter de trouver la perle rare à un prix raisonnable. Alors pour vous aider y voir clair, voici 5 points à vérifier avant de craquer pour un bien à l'étranger.

Les 5 points à vérifier avant de se lancer

1/ Le pays

Cela peut tomber sous le sens mais il faut bien choisir et connaître le pays dans lequel vous voulez poser vos valises. Un pays dont la situation politique et économique est stable est plus qu’à privilégier. Prenez le temps de bien tâter le terrain. Une précaution nécessaire qui vous évitera bien des déconvenues. Évitez les contrées dont les devises fluctuent comme des montagnes russes et où la météo est capricieuse.

2/ Le marché

Comme pour n’importe quel placement, privilégiez un marché liquide pour être assuré de pouvoir revendre à tout moment. Ne soyez pas ébloui par les promesses d’une rentabilité à deux chiffres. Dans l'idéal, il faudrait même se rendre sur place pour sélectionner son bien.

3/ Le cadre réglementaire

Vous ne serez pas sur place et loin d’être au fait des subtilités réglementaires du pays convoité. Soyez bien accompagnés par un juriste local surtout si vous ne maîtrisez pas la langue du coin. Vérifiez également s’il y a un cadastre complet et fiable. En Grèce, ce n’est pas encore le cas, ce qui ouvre la porte à de nombreux litiges. Plus loin, en Thaïlande, par exemple, un étranger ne pourra être propriétaire de son bien que s’il investit dans un appartement d'une résidence de type condominium. Pour la maison tout confort, vous allez vous heurter à un mur, la législation est très contraignante.

4/ Le financement

Les banques françaises ne sautent pas au plafond lorsqu’il s’agit d’investissement à l'étranger. Alors pour vous présenter devant votre banquier sans qu’il n’y retrouve rien à redire, assurez-vous d’avoir les garanties nécessaires en France. Si le financement est local, les contraintes sont nombreuses (taux d’emprunt moins intéressant, apport plus conséquent…).

5/ La fiscalité

Ça est vous avez déniché votre bien. Super. Mais être propriétaire implique de mettre la main au portefeuille. Contrairement à la plaquette publicitaire qui vous dit le contraire. Tout d’abord, vous allez vous acquitter de taxes locales. Plus ou moins lourdes en fonction des pays. Aussi, vous devez déclarer les revenus fonciers en cas de mise en location, et la plus-value en cas de vente, même s’ils proviennent de l’étranger.

Pour contourner cette double imposition, renseignez-vous sur une éventuelle convention fiscale entre la France et le pays où se trouve le bien. La France a signé une convention en matière d'impôt sur le revenu avec une centaine de pays. L’impôt acquitté à l’étranger sera déduit de l’impôt français par l'intermédiaire d'un crédit d'impôt.

Investir à l’étranger… sans les soucis de gestion

L’investissement locatif à l’étranger nécessite donc une grande prudence, avec une législation et des us et coutumes qui diffèrent en fonction des pays. Pour contourner le problème, les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) peuvent être une solution pertinente avec des tickets d’entrée réduits et ne requièrent pas de gestion locative.

Et pour investir à l’étranger, nous vous proposons la SCPI Corum XL, qui donne la possibilité d'investir progressivement dans le monde entier. Cette ne suit pas de thématique particulière, mais recherche le rendement, en utilisant les différents cycles et marchés dans le temps plutôt que de les subir. Ainsi, le champ d’investissement de cette SCPI sera étendu progressivement hors de la zone euro et des frontières du Vieux Continent. Donc autrement dit, rien n'empêche Corum XL de faire la chasse aux bonnes affaires en Chine ou aux États-Unis.

Ainsi, elle se paie le luxe d'afficher les meilleurs rendements des SCPI à capital variable avec un Taux de distribution sur valeur de marché de 6,57*% en 2017.

:

>> Je reçois un complément d'information sur Corum XL

:

Outre Corum XL, Novapierre Allemagne se positionne également comme une très bonne alternative à un investissement direct à l'étranger. Cette SCPI qui a servi un TDVM de 4,71% en 2017, est majoritairement exposée à l'Allemagne, une zone prospère et refuge. Elle permet à ses souscripteurs de bénéficier d'une fiscalité ultra douce, ouvrant droit au crédit d’impôt et exonérée de prélèvements sociaux. Pas de prélèvements sociaux sur les revenus de sources étrangères, c'est une économie de 17,2% à la clé !

:

>> Je souhaite obtenir une information détaillée sur Novapierre Allemagne

:


Communication non contractuelle à but publicitaire

Les parts de SCPI de rendement sont des supports de placement à long terme (minimum 10 ans) et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

Comme tout investissement, l'immobilier présente des risques :

- La baisse de la valeur du placement. Le capital investi dans une SCPI n’est pas garanti. La valeur de part d'une SCPI évolue dans le temps, en relation étroite avec l’état de la conjoncture de l'immobilier d'entreprise. Cette conjoncture suit des cycles successifs, avec des phases à la hausse et à la baisse.
- La diminution des revenus locatifs. Dans un contexte économique moins favorable, la baisse des revenus locatifs versés aux associés est due à la diminution du taux d’occupation financier et/ou à la baisse du montant global des loyers versés par les locataires. Cette baisse peut être toutefois atténuée par l’effet de la mutualisation des risques grâce à la diversification immobilière et locative du portefeuille de la SCPI.
- La liquidité. La SCPI n’étant pas un produit coté, elle présente une liquidité moindre comparée aux actifs financiers. Les conditions de cession (délais, prix) peuvent ainsi varier en fonction de l’évolution du marché de l’immobilier d'entreprise et du marché des parts de SCPI.

* TDVM : En 2017, le TDVM de la SCPI Corum XL s'est élevé à 6,58%. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Le Taux de Distribution sur Valeur de Marché mesure le niveau de distribution historique. Il est la division du dividende brut avant prélèvement libératoire versé au titre de l’année N (y compris les acomptes exceptionnels et quote-part de plus-values distribuées) par le prix de part acquéreur moyen de l’année N.

* TDVM : En 2017, le TDVM de la SCPI Novapierre Allemagne s'est élevé à 4,71%. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Le Taux de Distribution sur Valeur de Marché mesure le niveau de distribution historique. Il est la division du dividende brut avant prélèvement libératoire versé au titre de l’année N (y compris les acomptes exceptionnels et quote-part de plus-values distribuées) par le prix de part acquéreur moyen de l’année N.