Notre sélection conseil > Bourse : quelles solutions face à la baisse des actions ?
Imprimer Envoyer par mail

Décembre - Bourse

Bourse : quelles solutions face à la baisse des actions ?

Après des mois et des mois de performances continues, et alors que la plupart des spécialistes étaient très optimistes dans leurs prévisions pour l'année 2018, beaucoup de particuliers se sont laissés tenter au premier semestre par un investissement en actions. Mais l'année 2018 n'a pas été aussi bonne qu'anticipé et depuis le mois de juin les indices ont fait du yoyo, avant de chuter au mois d'octobre. 2018 est un vrai tournant pour la gestion actions. Alors, quelle attitude adopter avec ses placements en actions en 2019 ?

:

Bourse : c'est quoi le problème ?

:

2017 a été un cru exceptionnel avec le terme d'alignement de planètes qui revenait le plus souvent dans la bouche des prévisionnistes. Et on a commencé 2018 avec un enthousiasme général. Enthousiasme alimenté par les perspectives économiques : croissance mondiale en hausse en 2018 et quasiment tous les pays et toutes les zones économiques qui sont concernées. Optimisme aussi sur les profits des entreprises, en particulier évidemment aux États-Unis avec les effets de la mega-baisse des impôts. D'un point de vue géographique, on assistait aussi à un retour en grâce des pays émergents...

:

Alors pourquoi les marchés ont-ils baissé ?

Les investisseurs craignent que la puissance de la croissance américaine et mondiale ne provoque une reprise de l’inflation et donc une hausse des taux d’intérêt. Si les banques centrales remontent leurs taux directeurs, pour lutter contre l'inflation, cela risque d'anéantir les espoirs d'une hausse de la croissance en 2019. Par ailleurs, si les taux des emprunts d'état augmentent, alors se posera une nouvelle fois la question des énormes dettes des États et de leur solvabilité, faisant ressurgir les craintes d'une crise de la dette souveraine.

Depuis quelques semaines la hausse des taux d'intérêt s'est accélérée aux États-Unis. Le taux d'intérêt des emprunts d'état américain à 10 ans, le taux de référence, est passé au-dessus des 3%. Une première depuis 2013. Et se pose la question de savoir jusqu'où ce taux peut s'envoler. S'il reste autour des 3%, on peut dire que le dérapage sera contrôlé, s'il accélère au-dessus, ce sera plus gênant.

Depuis plusieurs semaines, Donald Trump et les États-Unis sont engagés dans un bras-de-fer commercial pour réduire leur déficit du commerce extérieur. Un conflit particulièrement tendu avec la Chine alors que Donald Trump souhaite à tout prix retarder le moment où la Chine dépassera les États-Unis comme première puissance économique. Tous les pays, notamment la Chine, souffrent du conflit, sauf pour l'instant les États-Unis qui maintiennent des niveaux de croissance très solides. Donald Trump et le président chinois Xi Jinping se rencontrent ce week-end et les investisseurs espèrent des avancées dans les négociations.

Enfin, les investisseurs s'inquiètent aussi de la situation de l'Italie, et notamment de sa dette publique, alors que le nouveau gouvernement italien ne souhaite pas suivre les exigences de Bruxelles au niveau de la réduction de leurs déficits. Pour l'instant, les taux italiens restent bas, grâce surtout à la BCE qui ne laissera pas les taux s'envoler.

:

Dans ce contexte, surtout restez calme

:

2018 ne ressemble pas à 2017, une année de marché à sens unique et de volatilité record à la baisse. Parce que le contexte macro économique est différent. Avec une croissance forte et des signes de résurgence de l'inflation. Nous avons une volatilité plus forte cette année et quelques à-coups, quelle que soit la tendance de fond.

Personne ne peut prévoir ce qu'elle sera cette tendance pour 2019 et d'ailleurs, la plupart des prévisionnistes, qui tous annonçaient une année 2018 faite de nouveaux records, se sont tous plantés.

Comme depuis plusieurs mois, nous conseillons surtout de rester calme et mesuré dans ses choix d'investissement. Si vous suivez les règles logiques d'un investissement (un investissement, pas un trade) en actions, vous n'avez aucune raison de paniquer et de tout vendre ou tout acheter. Pour plusieurs raisons :

:

  • Votre horizon est long : Placer son argent ce n’est pas spéculer, ni faire du trading. C’est avoir un horizon de 10 ans, minimum. Et en réalité plutôt 15 ans ou 20 ans. Et sur la durée, les placements en actions ont prouvé par le passé qu'ils étaient performants*. Si vous avez commencé à investir il y a 15 ans, vous avez déjà une belle performance derrière vous. Même si la crise de 2008 est passée par là.
    Et si vous avez 10 ou 15 ans devant vous, vous allez forcément vivre des périodes difficiles pendant lesquelles il ne faudra pas paniquer et des périodes euphoriques pendant lesquelles il ne faudra pas s'emballer.
  • :

  • Les versements programmés lissent l'effet des marchés : Pour investir sur les marchés, il y a ceux qui essayent d'acheter au plus bas et de revendre au plus haut. Mais c'est un doux rêve. Pour cela, il fallait par exemple investir en 2008 au moment de la faillite de Lehman Brothers et en 2011 au moment de la faillite de la Grèce. Mais à ce moment là, ils étaient peu nombreux à avoir le courage d'acheter des actions. Dans la pratique, on s'aperçoit que les volumes d’investissements les plus importants se font généralement lorsque les marchés sont au plus haut. Car ce sont surtout les performances des marchés boursiers qui attirent les particuliers.
    Et puis il y a ceux qui n'essayent pas : l'investissement régulier, par le biais de versements programmés, est une solution efficace pour atténuer les fluctuations boursières. En faisant des versements régulièrement, on achète parfois quand la Bourse est à un point haut et parfois quand elle est à un point bas (et parfois entre les deux) : On se retrouve finalement avec un point d'entrée moyen «moyen ». On lisse ainsi les aléas de marché mais on profite quand même de la tendance à long terme.
  • :

  • Tout dépend de votre profil : Les décisions en matière de placements dépendent en effet à 65% au moins de votre profil, âge, situation familiale et professionnelle et rapport au risque, à 30% des conditions actuelles fiscales et financières et à 5% au maximum de vos anticipations pour l’année. Si vous cherchez à jouer les tendances et en plus à jouer le timing vous avez toutes les chances de vous planter. Où placer votre argent dépend surtout maintenant de votre profil. À 50 ans par exemple, dans un contrat d’assurance vie, même si vous êtes prudent, vous ne devez pas avoir plus de 65% de fonds euros sans risque et donc 35% minimum de ce qu’on appelle des unités de comptes de toutes sortes, allant de l’immobilier comme les SCPI aux actions. Mais vous ne devez pas investir une part trop importante de votre patrimoine sur des actions.
  • :

    Vous êtes en panique depuis quelques jours parce que la valeur de vos actions baissent ? Cela signifie une chose et une seule chose : Vous avez trop d'actions par rapport à votre profil et il faut donc réduire cette part au profit d'autres supports moins risqués.

:

Découvrez MonFinancier Retraite Vie : Un contrat accessible sans frais d'entrée dès 100 euros de versements et 50€/mois de versements programmés, 2 fonds en euros performants, et plus de 650 unités de compte pour investir en actions, en obligations ou en immobilier d'entreprise.

>> Je reçois une information détaillée sur le contrat d'assurance-vie MonFinancier Retraite Vie

:

Notre solution sans souci de gestion pour investir en actions

:

Afin d'aider les épargnants à investir au sein de leur contrat d'assurance-vie, dans une allocation d'actifs répartie entre le support garanti du contrat et des unités de compte* plus dynamiques, MonFinancier a créé la gestion profilée MF étoilée, une solution financière clef en main, adaptée à vos objectifs et votre sensibilité au risque. Une solution combinant un choix de supports diversifié, objectif et pertinent, avec cerise sur le gâteau, les frais les plus bas du marché.

Pour construire notre gestion profilée, nos experts MonFinancier ont sélectionné les meilleurs fonds euros du marché, ainsi que plusieurs unités de compte* (OPCVM actions) selon différents critères :

  • Capacité pour chacun des fonds à générer de la surperformance sur la durée, par rapport à sa catégorie
  • Optimisation du couple rendement / risque
  • Historique de performance supérieur à 10 ans
  • Diversification en termes de zones géographiques et styles de gestion
  • Notations supérieures obtenues auprès des différentes agences indépendantes
  • Stabilité des équipes de gestion

Partant du principe que personne ne détient le monopole de l'excellence, il nous a semblé indispensable de sélectionner plusieurs sociétés de gestion, ayant démontré toute leur expertise sur la durée. 4 unités de compte* ont ainsi été sélectionnées sur différents marchés d'actions : les actions françaises avec le fonds Moneta Multi Caps, les actions européennes de moyennes capitalisations avec le fonds Oddo Avenir Europe, les actions internationales avec le fonds Pictet Security (sur la thématique la sécurité : sociétés qui contribuent à assurer l'intégrité, la santé et la liberté des individus, des sociétés et des gouvernements), et les actions des pays émergents avec le fonds Magellan.

Cinq formules d'investissement adaptées à votre sensibilité au risque sont proposées. Vous devriez trouver chaussure à votre pied :

Comme son nom l’indique, le profil sécurité** s’adresse aux épargnants allergiques au risque. L’allocation d’actifs choisie pour votre assurance-vie sera alors composée à 100% en fonds en euros, lesquels rapportent un peu, mais sont garantis en capital.

Pour ceux qui sont près à chercher de la performance, mais qui restent frileux à l’idée de prendre des risques, le profil prudent permet d’être investi à 75% en fonds euros, et d’aller chercher de la performance avec une allocation qui se compose à 25% en unités de compte*.

La suite des profils se décline ainsi : le profil équilibré vous permet d’être investi autant sur les fonds euros que les unités de compte* (55/45), quand le profil dynamique est majoritairement investi sur les unités de comptes* (30% fonds en euros, 70% en unités de compte*).

Enfin, le profil offensif s’adresse aux plus téméraires dans le sens où l’allocation est composée exclusivement de supports non garantis en capital. (100% unités de compte*)

C’est vous qui définissez le niveau de risque que vous voulez prendre !

:

>> Je reçois une documentation complète sur la gestion profilée MF Etoilée

:

Gestion libre : Nos conseils pour encore plus de sérénité

:

Vous voulez gérer vous-même votre allocation ?
On a beau avoir le temps devant nous et une part de son patrimoine investie raisonnablement en actions selon son profil, ce n'est pas facile malgré tout de rester serein face à la baisse des marchés. Voici donc quelques conseils pour gagner un peu en sérénité :

:

- Diversifier

:

Vous avez, au sein de l'assurance vie et d'autres enveloppes, la possibilité d'investir dans un très large choix de supports : du fonds en euros garanti aux fonds en actions.
Sur les fonds actions vous avez généralement accès à toutes les zones géographiques (Europe, États-Unis, Japon, émergents, etc...) ainsi que différents secteurs (Énergie, santé, technologie, etc...) ce qui permet de ne pas être exposé à un seul marché.
Mais vous ne devez pas investir une part trop importante de votre patrimoine sur des actions.
Vous avez à votre disposition d'autres supports. Par exemple des fonds flexibles. Les fonds d'allocation flexible bénéficient d’une très grande latitude de gestion. Ils peuvent réagir à la conjoncture en modifiant la répartition de leurs avoirs, sans être totalement exposés à un marché en particulier. Par exemple, quand le gérant estime que la bourse va monter, il va augmenter la poche actions. Pour la plupart d’entre eux, leur exposition aux actions peut varier de 0% à 100%. En fonction des anticipations du gérant, il pourra plus ou moins s'exposer aux actions (ou à une autre classe d'actifs)

:

>> Je découvre les fonds flexibles sélectionnés par MonFinancier


En direct ou au sein de votre contrat d'assurance vie, ou en direct, vous avez la possibilité également d'investir en SCPI. Des sociétés civiles de placement dans l'immobilier qui permettent donc d'investir dans un parc immobilier d'entreprises et de recevoir les revenus de ce placement, sans souci de gestion et à partir de quelques milliers d'euros seulement. Un placement très attractif puisque les rendements dépassent généralement les 4%*** sans compter les éventuelles revalorisations du prix des parts.


>> Je reçois une information détaillée sur l'offre SCPI de MonFinancier

:

- Sélectionner...

:

Vous avez un PEA ouvert il y a quelques années, et vous avez acheté une vingtaine de titres soit parce que vous avez lu une analyse intéressante dans la presse ou parce qu'un ami vous les a conseillés. Mais vous êtes déçu par les performances. Le temps vous manque pour analyse ce portefeuille et vous vous estimez peu à même d'avoir une vista boursière pour faire des coups d'éclat avec votre portefeuille surtout avec des marchés imprévisibles.

Les experts de MonFinancier peuvent vous accompagner dans vos investissements en actions. Au sein de l'abonnement MF privé, nous vous proposons une liste de valeurs, à horizon long terme (3-4 ans) mise à jour et alimentée régulièrement (généralement une fois par semaine) à mettre dans vos compte titres et dans vos PEA. Principalement des valeurs CAC 40, des petites pépites boursières et quelques trackers.

:

>> Voir notre shortlist de valeurs pour votre PEA

:

….ou déléguer à des experts

:

Gérer son portefeuille d'actions en direct nécessite d'être constamment aux aguets. Quand acheter et vendre au bon moment ? Difficile d'avoir la réponse. Et à moins d'avoir son nez collé à son écran et à la presse spécialisée, il vous sera difficile de jongler avec votre portefeuille avec brio. Sauf si vous optez pour les fonds (SICAV et FCP) dont la gestion est pilotée par un professionnel. Il vous déchargera de tous les tracas que peuvent engendrer une gestion de titres vifs. Et avec sa connaissance des marchés, il aura vocation à s'aventurer dans des zones géographiques peu connues du grand public et pourquoi pas y détecter des opportunités.

Transférer votre PEA chez MonFinancier : MonFinancier vous propose ainsi une offre 100% OPCVM sur laquelle vous ne payez pas de frais d’entrée, ni de sortie, ni droits de garde. Il n’y a pas non plus de frais de dossier, et last but not least, tous les arbitrages sont gratuits ! Vous pouvez donc franchir le cap des fonds commun de placement en confiant la gestion de votre épargne à des sociétés de gestion prestigieuses. MonFinancier peut vous fournir en plus une gestion pilotée (avec une sélection d'OPCVM selon votre profil) ainsi qu'un accompagnement avec un conseiller dans le temps.

:

>> Je demande une documentation gratuite sur le PEA de MonFinancier

:

- Utiliser les options de sécurité

:

Regardez les différentes options de gestion que proposent vos contrats d'assurance vie et PEA. On en parle peu, mais il s'agit d'outils très intéressants pour gérer ses placements.

Parmi celles-ci, vous trouverez par exemple l'option de limitation des moins-values (stop loss) qui consiste à vendre ses fonds en cas de perte trop importante (niveau défini par l'épargnant). Cela vous assure donc de limiter les pertes en cas de chute des marchés.

L'option de sécurisation des plus-values consiste quant à elle à déplacer les gains perçus sur des supports en unités de compte vers des fonds en euros. Ce qui permet de «mettre à l'abri » ces gains.

Enfin, le rééquilibrage de portefeuille permet de rééquilibrer le portefeuille du contrat selon la répartition voulue par le souscripteur. Cette option a l’avantage de permettre de sécuriser automatiquement son épargne selon sa situation personnelle.

Toutes ces options sont disponibles sur l'ensemble de la gamme de placements de MonFinancier dont l'assurance-vie et les PEA.

:

>> Je demande une documentation sur le PEA de MonFinancier


>> Je demande une documentation sur les contrats d'assurance vie de MonFinancier


:


Communication non contractuelle à caractère publicitaire

* Les investissements en unités de compte présentent un risque de perte en capital, doivent s’envisager dans une optique long terme et porter sur une petite partie d’un patrimoine global.Contrairement au fonds en euros, la valeur de ces unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

** Profil non disponible via le contrat de capitalisation MonFinancier Retraite Capitalisation. Accessible uniquement via le contrat d’assurance vie MonFinancier Retraite Vie, dans la limite de 250 000 euros.

*** Les parts de SCPI de rendement sont des supports de placement à long terme (minimum 10 ans) et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Comme tout investissement, l'immobilier présente des risques :
- La baisse de la valeur du placement. Le capital investi dans une SCPI n’est pas garanti. La valeur de part d'une SCPI évolue dans le temps, en relation étroite avec l’état de la conjoncture de l'immobilier d'entreprise. Cette conjoncture suit des cycles successifs, avec des phases à la hausse et à la baisse.
- La diminution des revenus locatifs. Dans un contexte économique moins favorable, la baisse des revenus locatifs versés aux associés est due à la diminution du taux d’occupation financier et/ou à la baisse du montant global des loyers versés par les locataires. Cette baisse peut être toutefois atténuée par l’effet de la mutualisation des risques grâce à la diversification immobilière et locative du portefeuille de la SCPI.
- La liquidité. La SCPI n’étant pas un produit coté, elle présente une liquidité moindre comparée aux actifs financiers. Les conditions de cession (délais, prix) peuvent ainsi varier en fonction de l’évolution du marché de l’immobilier d'entreprise et du marché des parts de SCPI.


MonFinancier PEA est un contrat individuel de capitalisation de type multisupport, souscrit dans le cadre fiscal du PEA (Plan d’Épargne en Actions) pour lequel les unités de compte ne sont pas garanties en capital. Ce contrat est commercialisé par MonFinancier et géré par Suravenir. Survanir est une Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital entièrement libéré de 420 000 000 €. Société mixte régie par le Code des assurances, 232 rue général Paulet, BP 103, 29802 Brest cedex 9. Siren 330 033 127 RCS Brest.

MonFinancier Retraite Vie est un contrat individuel d'assurance vie assuré par SURAVENIR, Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital entièrement libéré de 400 000 000 euros. Société mixte régie par le Code des Assurances / Siren 330 033 127 RCS Brest. Siège social : 232 rue Général Paulet - BP 103 - 29802 Brest Cedex 9.