Notre sélection conseil > Assurance-vie : Le top 5 des idées reçues les plus répandues
Imprimer Envoyer par mail

Mars 2019 - Assurance-vie

Assurance-vie : Le top 5 des idées reçues les plus répandues

On peut être aimé...mais aussi être victime de nombreux préjugés. L’assurance-vie a beau avoir réalisé en février la collecte nette la plus élevée depuis 6 ans, il y a encore des épargnants qui rechignent à ouvrir un contrat d'assurance-vie, trompés par des idées reçues qui ont malheureusement la dent dure.

Idée reçue numéro 1 : L’argent placé dans une assurance-vie est bloqué pendant 8 ans. FAUX !

Vous débloquez ! C’est totalement faux. Les sommes investies dans l'assurance-vie sont toujours disponibles comme pour un Livret A. C’est la fiscalité entourant le rachat qui sème la confusion.

Les huit années, c’est pour bénéficier d’une fiscalité plus douce. Tout d'abord, au titre de l'imposition pesant sur les gains après 8 ans. D'autre part, un abattement annuel de 4 600 euros pour un célibataire ou de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé, s'applique sur les gains retirés.

Si vous avez un besoin ponctuel d’argent pour financer un projet, vous pouvez à tout moment piocher dans votre assurance-vie sans attendre l'échéance fiscale de 8 ans. Il existe alors 2 possibilités pour récupérer des liquidités sur son contrat : le rachat partiel ou une solution plus simple, rapide et pourtant méconnue : l’avance. Il s'agit tout simplement un prêt que l'assureur vous consent pour que vous puissiez faire face à un besoin urgent et temporaire de liquidités.

:

>> Je profite des avantages de l'assurance-vie

:

Idée reçue numéro 2 : L’assurance-vie, c’est un produit d’épargne pour les vieux. FAUX (même si ça rime) !

On peut comprendre… Assurance vie et jeune, il y a quelque chose qui coince. Rien que le terme peut évoquer quelque chose de poussiéreux et de peu dynamique. Car quand on est jeune, le temps est notre allié. Vous pourrez prendre un peu plus de risques en choisissant un contrat en unités de comptes (actions, obligations…) plus rémunérateur mais plus risqué, plutôt qu’un contrat en fonds euros, au capital garanti mais avec un taux de participation aux bénéfices plus faible. Le risque lié à ces placements va être lissé avec le temps. D’où l’utilité de souscrire le plus tôt possible avec un horizon de placement aussi lointain que possible.

A titre d’exemple, 70 euros par mois versés dans un contrat d'assurance vie rapportant 2,5% par an pendant 10 ans, vous permettront d'espérer constituer un capital d'environ 10 000 euros. De quoi s'acheter une belle voiture, financer un mariage ou encore avoir un apport pour l'achat d'un premier bien immobilier.

Idée reçue numéro 3 : L'assurance-vie, ça ne rapporte plus rien. FAUX ! (encore une fois)

Une affirmation qui est dans l'ère du temps... Cette année, les assureurs ne se sont pas vraiment bousculés pour communiquer sur les performances de leurs fonds en euros puisque les rendements de la quasi-totalité des fonds en euros baissent chaque année depuis plusieurs années.

D’ailleurs, cette perception est amplifiée par de nombreux frais qui pèsent sur les contrats d'assurance traditionnels. Prenons le cas d'un fonds en euros qui rapporte 2,5 % chaque année mais sur lequel les frais d'entrée s'élèvent à 3 %. Il faudrait 8 ans de performance à 2,5 % pour rattraper un fonds euros sans frais d'entrée qui rapporte 2 % chaque année. Il faut du temps, et espérer que le fonds reste constant dans la performance... Sauf si vous souscrivez à contrats d’assurance-vie en ligne qui offrent des frais d’entrée et sur versements de 0%. Oui, 0%. On ne peut pas faire mieux... Alors obtenir des frais les plus faibles du marché, c'est incontestablement votre première performance ! Qu'on se le dise !

Outre l'absence de frais, pour espérer un meilleur rendement, il faut accepter une part de risque. De nombreux investisseurs décident d'accepter une part de risque, plus ou moins limitée, pour essayer de maintenir la performance de leur assurance-vie à un niveau satisfaisant. D'où un certain intérêt pour les unités de compte. Ces derniers vous permettent d’investir dans toutes les classes d’actifs (actions, immobilier etc.).

Le contrat MonFinancier Retraite Vie est sans frais d'entrée et offre des frais de gestion au plus bas (0,6%), deux fonds en euros performants, une architecture ouverte (plus de 700 supports) pour investir sur les marchés financiers ou en immobilier.

:

>> Je reçois une information détaillée sur le contrat multisupport MonFinancier Retraite Vie et ses 700 unités de compte

:

Idée reçue numéro 4 : l'assurance-vie, c'est moins intéressant après 70 ans. FAUX !

Après 70 ans, l'assurance-vie permet d'obtenir un nouvel abattement sur les droits de succession de 30.500 euros. Par ailleurs, pour les versements après 70 ans, seules les primes versées sont soumises aux droits de succession. Les gains, quels que soient leurs montants, sont exonérés.

Une nouvelle carotte successorale bienvenue d'autant plus qu'elles sont très rares passé 70 ans. Livret, PEA, immobilier, etc... aucun autre placement n'offre d'abattement sur la succession après 70 ans. À bon entendeur....

Idée reçue numéro 5 : l'assurance-vie, n'est valable qu'en cas de décès. FAUX !

Beaucoup de personnes confondent assurance-vie et assurance décès. Si leur appellation semblent être identiques au premier abord, leur mode de fonctionnement et leur objectif sont bien différents.

L'assurance décès ou contrat de prévoyance, est une enveloppe qui permet à son souscripteur de mettre à l'abri financièrement ses proches en cas de décès. Les sommes versées sont ainsi à fonds perdus puisque lorsque l’événement survient, les bénéficiaires désignés toucheront le capital.

L'assurance-vie au contraire est une enveloppe qui permet de se constituer une épargne. A tout moment, le souscripteur peut récupérer son capital, augmenté des intérêts. Le versement du capital n'est donc pas conditionné à un événement contrairement à l'assurance décès. En cas de décès en cours de contrat, le capital est aussi versé aux bénéficiaires, d’où la confusion avec les contrats de prévoyance.

:

L'assurance-vie se présente donc le placement idéal pour ceux qui ont des objectifs avec des horizons lointains, et notamment pour se construire des revenus complémentaires, pas ou peu fiscalisés.

:

>> Je demande une information détaillée sur l'assurance-vie by MonFinancier

:


Communication non contractuelle à but publicitaire

MonFinancier Retraite Vie est un contrat individuel d'assurance-vie assuré par SURAVENIR, Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital entièrement libéré de 440 000 000 euros. Société mixte régie par le Code des Assurances / Siren 330 033 127 RCS Brest. Siège social : 232 rue Général Paulet - BP 103 - 29802 Brest Cedex 9.