Notre sélection conseil > À quelques années de la retraite, capitalisez sur le crédit immobilier
Imprimer Envoyer par mail

Avril 2019 - Immobilier

À quelques années de la retraite, capitalisez sur le crédit immobilier

Retraite en vue ! D'ici 10 ou 15 ans, votre situation va totalement changer : non seulement vos besoins vont évoluer et augmenter (on dépense plus à la retraite qu'au travail), mais aussi et surtout vos revenus vont fortement diminuer après la cessation de votre activité. Pour s'y préparer, il est donc plus que nécessaire d'épargner régulièrement pour se constituer un complément de revenus. Et pourquoi ne pas utiliser cette capacité d'épargne pour vous lancer dans une opération immobilière à crédit ? Les taux sont bas, votre capacité de remboursement est forte, et votre patrimoine déjà développé. Pour une banque, vous avez le profil idéal.

La cinquantaine radieuse

A 50 ans, trop tard pour se lancer dans une acquisition immobilière à crédit ? Idée reçu. De plus en plus de futurs pensionnés se lancent dans un crédit immobilier. Selon Vousfinancer.com, 17 % des emprunteurs ont plus de 50 ans alors qu'ils n'étaient que 11 % il y a à peine 5 ans.

17%, c'est encore assez faible alors que les cinquantenaires ont beaucoup d'arguments à faire valoir auprès de la banque :

  • Ils empruntent sur des durées courtes, 15 ans en moyenne;
  • Ils ont de l’apport, des assurances-vie ou sont déjà propriétaires ce qui offre des garanties pour la banque;
  • Avec plusieurs dizaines d'années de carrière derrière eux, leurs revenus sont conséquents;
  • Ils ont des charges souvent plus faibles car ils n’ont plus d’enfant à charge…

A cinquante ans, vous représentez donc le profil idéal pour une banque, qui sera en mesure de vous offrir un taux très compétitifs.

Vous avez donc une fenêtre de tir d'une dizaine d'années à exploiter, car à partir de 60 ans, il devient plus difficile d’obtenir un crédit pour acheter son logement. "L’an dernier, six dossiers sur dix montés pour des plus de 60 ans n’ont pu être financés ", observe Cécile Roquelaure, directrice des études chez Empruntis.

Conséquence, chez ce spécialiste du courtage en crédits, le nombre des emprunteurs seniors a chuté de 20 % entre 2017 et 2018. Ils représentent désormais moins de 4 % des dossiers contre près de 65 % pour les clients de 30 à 49 ans.

Les banques préfèrent en effet que le prêt soit remboursé avant les 75 ans de l’emprunteur, ce qui exclut des durées longues parfois nécessaires pour mener à bien un projet immobilier. Aussi l’assurance liée à l’emprunt peut être nettement plus chère à cause du risque accru de problèmes de santé de l’emprunteur.

:

>> Je veux échanger avec un expert sur l'investissement locatif à crédit

:

Objectif retraite

Le passage à l’âge de la retraite implique une baisse de revenus pouvant aller de 15 à 40 % selon les cas.
En 2018, les retraités français touchaient en moyenne une pension de 1390 € par mois, en hausse de 1.7% par rapport à 2016, selon une étude publiée par le service statistique du ministère des Affaires sociales (Drees).
Un montant qui parait quand même bien faible face à la hausse des dépenses courantes à la retraite, mais aussi (et surtout) la hausse des dépenses de santé et des dépenses de loisirs. Sans oublier le besoin de protéger sa famille, son conjoint, et aussi se protéger contre la dépendance.

Les dernières années d'activité professionnelle sont souvent utilisées pour capitaliser dans l'optique de se créer un complément de revenus à la retraite. Avec des revenus qui ont bien gonflé et plus d'enfant à charge, le moment est idéal pour épargner. Mais plutôt que de verser régulièrement dans un livret A ou une assurance-vie, il peut être plus opportun de contracter un crédit immobilier* et d'utiliser votre capacité d'épargne pour rembourser les mensualités.

On profite ainsi des conditions de taux actuellement très basses, mais on profite surtout du levier du crédit : Grâce au crédit, votre investissement bénéficie d'une base de départ plus forte, et les rendements** de cet investissement (les loyers) vont vous permettre de rembourser, au moins en partie, les mensualités d'emprunt. Vous mettez quelques centaines d'euros de côté par mois dans ce projet, mais c'est en fait le double que vous épargnez grâce aux loyers reçus.

Le capital final que vous obtenez au bout de 15 ans, au moment de votre départ à la retraite, sera donc environ 1.5 à 2 fois plus élevé** que si vous aviez placé votre épargne tout les mois dans un livret ou une assurance-vie.

:

>> Je souhaite obtenir une simulation d'un investissement immobilier à crédit

:

Exemples de solutions simples et efficaces

Alors pour compléter votre pension de retraite, pensez à l'achat de parts de SCPI à crédit. Le principe : investir à crédit dans des SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) qui offrent encore aujourd'hui des rendements attractifs couplés à la solidité d'un investissement dans la pierre. Avec comme objectif principal de préparer sa retraite, l'investissement en SCPI reste très pertinent pour les épargnants à la recherche d'actifs de qualité, moins exposés aux aléas des marchés actions, et proposant des rendements séduisants. Avantage de taille par rapport à un investissement en direct : Vous n'avez aucun souci de gestion (la SCPI se charge de tout et vous reverse votre part de loyers).
MonFinancier propose une offre de SCPI à crédit permettant d'investir r sur des SCPI de qualité, sans apport, avec un effort d'épargne mensuel contrôlé. Une offre qui cumule les avantages :

  • Des SCPI de qualité : Primovie, Primopierre et Patrimmo Commerce
  • Pour un financement de plus de 200 000 euros : Possibilité d'investir en partie (50 % maximum) sur d'autres SCPI (Epargne Pierre, PF Grand Paris, etc …).
  • Durée d'emprunt large de 10 ans à 25 ans !
  • Taux compétitifs :
    • Pour un financement < 75 000 euros : taux de 2,10 % sur 10 ans, 2,50 % sur 15 ans, 2,75% sur 20 ans et 2,90% sur 25 ans
    • Pour un financement > 75 000 euros : taux de 1,90% sur 10 ans, 2,30 % sur 15 ans, 2,55% sur 20 ans et 2,70% sur 25 ans
  • Frais de dossier : entre 900 € et 1290 € (selon le montant) + entre 600 € et 1000 € de frais de garantie (selon le nombre de SCPI financées).
  • Assurance facultative
  • Sans apport et avec un effort d'épargne mensuel de quelques centaines d'euros :
    • Si on prend le financement de 50 000 euros de la SCPI Primovie (TDVM*** 2018 de 4,5 %**) sur 10 ans, l'effort d'épargne mensuel serait de 286 euros**** (hors fiscalité)
    • Si on prend le financement de 100 000 euros de la SCPI Primovie et 100 000 euros de la SCPI Epagne Pierre (TDVM*** 2018 de 5,97 %**) sur 15 ans, l'effort d'épargne mensuel serait de 460 euros (hors fiscalité)

Une offre très compétitive pour ceux qui veulent investir en SCPI à crédit mais ne peuvent pas mettre un bien en hypothèque.

A noter : cette offre n'est pas accessible pour les commerçants, les artisans, et les chefs d'entreprise

:

>> Je souhaite recevoir une information détaillée sur les Offre SCPI à crédit de MonFinancier

:

Pour plus de performance, envisagez le crédit hypothécaire

Il existe une solution d'investissement à crédit encore plus rentable, mais uniquement destinée aux détenteurs d'un patrimoine immobilier net (net = valeur du bien moins crédits restant à payer sur le bien) et qui sont prêts à mettre en hypothèque ce bien. Une contrainte importante donc : Vous ne serez plus libre de vendre votre bien pendant la durée du crédit. Mais qui dit contrainte forte, dit récompenses élevées : cette offre multiplie les atouts.

  • TOUTES LES SCPI sont finançables et notamment les premières du palmarès 2019 des meilleures SCPI : Epargne Pierre, PF Grand Paris, Corum et Corum XL
  • Durée d'emprunt large de 6 ans à 35 ans !
  • Conditions d'âge peu restrictives : Possibilité d'emprunter jusqu'à 80 ans !
  • Des taux très compétitifs : 1,6 % jusqu'à 15 ans ! 1,95 % de 15 à 25 ans et 2,65 % au delà de 25 ans
  • Les frais de dossier (2,10 % max 1900 euros) sont financés par le crédit
  • Assurance libre (délégation)
  • Sans apport, et avec un effort d'épargne mensuel allant de quelques centaines d'euros à.... 0 euros ! Exemples:
    • Si on prend le financement de 100 000 euros de la SCPI Corum Origin (TDVM*** 2018 de 7.28%**), sur 10 ans, avec un taux d'assurance à 0.4%, l'effort d'épargne mensuel est de 377 euros hors fiscalité.
    • Si on prend le financement de 200 000 euros de la SCPI Corum XL (TDVM*** 2018 de 7,91 %**), sur 15 ans, avec un taux d'assurance à 0,4 %, l'effort d'épargne mensuel est de 46 euros hors fiscalité

Une offre ultra-avantageuse et sans comparaison pour ceux qui peuvent hypothéquer un bien immobilier.

A noter : cette offre n'est pas accessible pour les commerçants, les artisans, et les chefs d'entreprise

:

>> Je demande une information détaillée sur l'offre SCPI à crédit hypothécaire

:


Communication non contractuelle à but publicitaire

* A Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou plusieurs prêts d’argent. En matière de crédit immobilier, le(s) futur(s) emprunteur(s) bénéficie(nt) d’un délai de réflexion de 10 jours après réception de l’offre de prêt pour donner son (leur) accord.

** Les parts de SCPI de rendement sont des supports de placement à long terme (minimum 10 ans) et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

Comme tout investissement, l'immobilier présente des risques :

- La baisse de la valeur du placement. Le capital investi dans une SCPI n’est pas garanti. La valeur de part d'une SCPI évolue dans le temps, en relation étroite avec l’état de la conjoncture de l'immobilier d'entreprise. Cette conjoncture suit des cycles successifs, avec des phases à la hausse et à la baisse.
- La diminution des revenus locatifs. Dans un contexte économique moins favorable, la baisse des revenus locatifs versés aux associés est due à la diminution du taux d’occupation financier et/ou à la baisse du montant global des loyers versés par les locataires. Cette baisse peut être toutefois atténuée par l’effet de la mutualisation des risques grâce à la diversification immobilière et locative du portefeuille de la SCPI.
- La liquidité. La SCPI n’étant pas un produit coté, elle présente une liquidité moindre comparée aux actifs financiers. Les conditions de cession (délais, prix) peuvent ainsi varier en fonction de l’évolution du marché de l’immobilier d'entreprise et du marché des parts de SCPI.

***TDVM : Le Taux de Distribution sur Valeur de Marché mesure le niveau de distribution historique. Il est la division du dividende brut avant prélèvement libératoire versé au titre de l’année N (y compris les acomptes exceptionnels et quote-part de plus-values distribuées) par le prix de part acquéreur moyen de l’année N.

**** Cette hypothèse ne peut valoir offre de crédit. Toute demande ne peut bien sûr préjuger de la décision prise par l’établissement prêteur d’octroi ou non du crédit sollicité.