Notre sélection conseil > Epargne : comment placer ses premiers salaires quand on est jeune actif ?
Imprimer Envoyer par mail

Juillet 2018 - Epargne

Epargne : comment placer ses premiers salaires quand on est jeune actif ?

Enfin le premier salaire ! Oui, mais il faut penser à payer son loyer, financer ses loisirs ou bien (et c’est moins drôle) rembourser un prêt étudiant. Dans ces conditions, comment épargner pour l’avenir sans pour autant taire ses envies de bouger aux quatre coins du monde et profiter de la vie ?

L’épargne de précaution

Comme son nom l'indique, l'épargne de précaution permet d'assurer ses arrières en cas de coups durs. Sur l'incontournable Livret A, on ne doit mettre en théorie que son épargne de précaution, c'est-à-dire, au doigt mouillé, au maximum 3 à 6 mois de dépenses. Sur les comptes courants, il faut avoir à peine un peu plus que le montant des dépenses mensuelles.

:

Le Livret A ? Rapporte plus un rond. Le Plan épargne logement (PEL), son taux est à 1%.. brut. Et un Livret Jeune ? Passé 25 ans, il faut tirer un trait dessus et le clôturer…Difficile alors de trouver le placement qui allie rendement et capacité d’épargne réduite ? Ou bien qui sont adaptés à son mode de vie. Pas si sûr. Pour les jeunes actifs, il y a des solutions. Faut-il encore les connaître.
:

Aujourd'hui, le plafond du livret A est fixé à 22.950 euros. Mais honnêtement, avez vous besoin de tant d'argent à très court terme ? Même la moitié paraît trop élevée, dans beaucoup de situations, pour l'épargne de précaution. Une fois que vous avez assuré cette épargne de précaution, vous pourrez mettre vos économies mensuelles sur de l'épargne à plus long terme, notamment en assurance-vie.

Alors que le Livret A est à 0,75 %, le rendement moyen des fonds en euros en 2017 a été de 1,49 %* net de frais de gestion et de prélèvements sociaux selon la FFA. Deux fois plus que le Livret A. Et en appliquant une bonne sélection, vous pouvez trouver des fonds en euros dont les performances sont nettement au dessus de la moyenne.

:

>> Je demande à recevoir une documentation gratuite sur l'assurance-vie by MonFinancier

:

L’assurance-vie, le placement incontournable

Assurance vie et jeune, il y a pourtant quelque chose qui coince. Rien que le terme peut évoquer quelque chose de poussiéreux et de peu dynamique. Préjugé ! Car quand on est jeune, le temps est notre allié. Vous pourrez prendre un peu plus de risques en choisissant un contrat en unités de comptes (actions, obligations…) plus rémunérateur mais plus risqué, plutôt qu’un contrat en fonds euros, au capital garanti mais avec un taux de participation aux bénéfices plus faible. Le risque lié à ces placements va être lissé avec le temps. D’où l’utilité de souscrire le plus tôt possible avec un horizon de placement aussi lointain que possible

Si votre capacité d’épargne reste encore limitée, l’assurance-vie est également un placement adapté à toutes les bourses et accessible même aux habitués des comptes dans le rouge. En toute souplesse, et pour quelques dizaines ou centaines d’euros chaque mois, vous pouvez vous constituer progressivement un capital. Libre à vous d’augmenter le montant des versements par la suite.

En versant 150 euros par mois sur un contrat d'assurance-vie, si on prend l'hypothèse d'un rendement net de frais de gestion et de prélèvements sociaux de 2%,on obtient sur 10 ans un capital d'environ 20000 euros et sur 15 ans un capital de 31600 euros. De quoi s'acheter une belle voiture, financer un mariage ou encore avoir un apport pour l'achat d'un premier bien immobilier. C’est pour cette raison qu’il peut être judicieux d’ouvrir au plus tôt ce type de contrat.

Ouvrir jeune un contrat permet également de « prendre date » fiscalement et de bénéficier d'une taxation beaucoup plus douce au bout de 8 ans de détention. En effet, passées ces années de détention, la fiscalité est réduite pour ne pas dire minime. En effet, passées ces années de détention, la fiscalité est réduite pour ne pas dire minime. Les gains ne subissent plus qu'un prélèvement forfaitaire libératoire qui tombe à 7,5 % (vous pouvez aussi les intégrer à vos revenus, mais c'est moins avantageux)

Privilégiez surtout les contrats d'assurance-vie à faible frais, et notamment les contrats sans frais d'entrée. Par exemple, pour obtenir le même capital sur 10 ans (20000 euros) avec un contrat qui a des frais d'entrée de 2 %, il faudrait que le fonds en euros rapporte 2,32% net de frais de gestion et de prélèvements sociaux.

Assurez-vous enfin que vous puissiez moduler vos versements. Car l'épargne que vous arrivez à mettre tous les mois n'est pas forcément fixe. Certains mois, vous arriverez à épargner beaucoup, et d'autres (par exemple septembre avec la rentrée scolaire et décembre avec les fêtes) vous n'arriverez pas à mettre de côté. Sur le contrat MonFinancier Retraite vie, les versements programmés sont disponibles à partir de 25 euros par mois et vous pouvez les arrêter et les reprendre à tout moment.

Qui a dit que le contrat d’assurance vie était complexe et contraignant ? Avec l'assurance-vie by MonFinancier, vous épargnez à votre rythme, selon vos possibilités dès 25 euros par mois. Vous modulez vos versements programmés à votre convenance, à tout moment et gratuitement.

:

>> Je demande à recevoir une documentation gratuite sur le contrat d'assurance-vie adapté aux jeunes actifs

:

L'achat d'une résidence principale ?

En matière d’immobilier, la dimension affective est prépondérante. Ce n’est pas un hasard si tout au long de votre vie, on vous a répété que le meilleur moyen de se protéger contre les aléas de la vie était d’avoir un toit sur la tête. Mais en 30 ans, les prix ont littéralement flambé, notamment dans les grandes métropoles françaises. Cela signifie qu’il faut emprunter sur 20, 25 voire 30 ans pour pouvoir acheter un bien immobilier. Et sur cette période, il peut se passer beaucoup de choses.

La plupart des actifs seront en effet amenés à changer plusieurs fois de métier et de lieux de vie tout au long de leur carrière. Un manque de visibilité qui rejaillit aussi dans sa vie personnelle quand on sait que le nombre de divorces touche près d’un mariage sur deux. Or, ce manque de visibilité et cette propension à bouger sont incompatibles avec l'achat de la résidence principale, qui ne doit s'envisager qu'à long terme. En effet, un événement imprévu quel qu'il soit, vous incitera à revendre votre bien. Or cette opération, si elle intervient trop tôt et dans la précipitation, risque fort d'être réalisée à perte, compte tenu des frais d'acquisition, de revente, de notaire, etc...


Retarder le moment de l’achat de sa résidence principale ne signifie donc pas « ne rien faire en attendant ». Il convient de mettre en place des placements en phase avec cette période d’instabilité : des montants d’investissements moins élevés, plus progressifs, des placements plus flexibles… En attendant de basculer.


S’endetter pour mieux s’enrichir

Quand on est jeune, le meilleur placement pour mieux s’enrichir, et bien, c’est de s’endetter. Pas pour sa résidence principale, vous savez pourquoi. Une autre possibilité pour affecter votre épargne mensuel, c'est de s'endetter pour investir en immobilier locatif en utilisant son épargne mensuelle, et les loyers obtenus, pour rembourser le crédit.

Une réflexion qui peut paraître totalement antinomique au premier abord. Mais avec un peu de pratique, cette idée vous paraîtra logique et limpide. Surtout qu’avec l’extrême faiblesse des taux d’intérêt, le levier du crédit est votre allié.

Pour utiliser la puissance de feu des taux pas chers, rien de tel que d’investir à crédit dans des Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). En deux mots, la SCPI est un placement qui a pour objet l'acquisition et la gestion d'un patrimoine immobilier locatif. En contrepartie, elle rémunère les souscripteurs sous forme de revenus réguliers. Elles offrent les avantages de l’immobilier sans les inconvénients de la gestion pour un investissement bien plus modeste que pour un bien physique, notamment dans les grandes villes. L'an dernier, elles ont rapporté en moyenne 4,43%*. A côté, vous pouvez vous voir proposer un taux sous les 3%**, pour un crédit immobilier sur 20 ans, hors coût de l’assurance. D’autant qu’il est possible de déduire, les intérêts d’emprunt des revenus de la SCPI.

Petite illustration chiffrée :

Imaginons donc que vous versez à peine 200 euros (190 euros pour être précis) par mois sur un placement, ayant rapporté un rendement de 4%**

>> Au bout de 20 ans votre placement s’élèvera à 77.103 euros.

Si avec ces 190 euros vous optez pour la solution de de financement à crédit de parts de SCPI, vous obtiendrez avec le même rendement 100.000 euros au bout de 20 ans.

>> Pour la même somme investie, vous obtenez 26.600 euros de plus, soit un bonus par rapport à un investissement comptant ! Sans compte l'éventuelle revalorisation du prix de la part.

A titre de comparaison, pour détenir ces 100.000 euros de capital, il faudrait que votre placement vous rapporte un taux supérieur à 7% tous les ans, pendant 20 ans !

A partir de versements mensuels inférieurs à 200 euros, on peut donc se construire un patrimoine immobilier significatif ou diversifier ses placements, tout en limitant la facture fiscale.

Alors, pour vous faciliter la tâche nous vous proposons une offre de SCPI à crédit clé en main, avec un ticket d’entrée accessible et sans domiciliation bancaire.

:

>> Je demande une information complète sur l’offre SCPI à crédit

:

Besoin d’accompagnement ?

Comment placer ses premiers salaires ? Faut-il acquérir sa résidence principale ? Comment profiter au mieux du levier du crédit et des taux historiquement bas ? Faut-il déjà s'inquiéter pour sa retraite ? Beaucoup de questions que se posent aujourd'hui les jeunes de 25 ans qui débutent leur carrière, tout comme les (un peu) moins jeunes de 30-40 ans qui commencent à accumuler un patrimoine conséquent.

Cela tombe bien, le jeudi 19 juillet, MonFinancier vous accueille à partir de 19 heures dans son agence parisienne, au 28 avenue Marceau (Paris 8ème) pour une soirée consacrée à l'épargne et au patrimoine des jeunes.

Vous aurez la possibilité si vous le souhaitez d'échanger en tête à tête avec un conseiller financier sur vos problématiques patrimoniales.


>> Je m’inscris à la soirée consacrée à l'épargne et au patrimoine des jeunes



* TDVM moyen en 2016 (source Aspim). Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

** Information non contractuelle. Hypothèses de calcul : Prêt à échéances constantes pour une durée de 20 ans à un taux de 2,90 %. Assurance comprise à 0,253%. Rendement moyen des SCPI : 5%. Hors fiscalité. Cette hypothèse ne peut valoir offre de crédit. Toute demande ne peut bien sûr préjuger de la décision prise par l’établissement prêteur d’octroi ou non du crédit sollicité.
Avertissements :
Les parts de SCPI de rendement sont des supports de placement à long terme (minimum 10 ans) et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. Le capital investi dans la SCPI n’étant pas garanti, cet investissement comporte un risque de perte en capital. Comme tout investissement, l'immobilier présente des risques : absence de rendement ou perte de valeur, qui peuvent toutefois être atténués par la diversification immobilière et locative du portefeuille de la SCPI. La SCPI n’étant pas un produit coté, elle présente une liquidité moindre comparée aux actifs financiers.
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. ' Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent '.

Document à caractère publicitaire dépourvu de valeur contractuelle.