Notre sélection conseil > Après un année 2017 difficile, l'assurance-vie redevient le placement préféré des Français
Imprimer Envoyer par mail

Août 2018 - Assurance-vie

Après un année 2017 difficile, l'assurance-vie redevient le placement préféré des Français

Entre la loi Sapin 2, les élections présidentielles et la flat tax instaurée par Emmanuel Macron sur les nouveaux versements, la collecte en assurance-vie a connu un passage à vide en 2017. Mais depuis le début de l'année, la collecte nette repart à un rythme compris entre 1,7 et 2,3 milliards d'euros par mois.

:

>> Je demande une documentation gratuite sur l’assurance-vie by MonFinancier

:

Une année 2017 difficile

Selon le chiffrage de la Fédération Française de l’Assurance, la collecte nette de l'assurance-vie en 2017 a été de 7,2 milliards d'euros, soit plus de 2 fois moins que la collecte en 2016 (16,8 milliards d'euros) qui était déjà faible par rapport au record de 2015 (24,6 milliards d'euros)

En septembre 2016, l'assurance-vie a d'abord été pénalisée par la mise en place de la loi Sapin 2. Il s'agit d'un texte qui prévoit qu'en cas de situation extra-ordinaire, le gouvernement pourra, pour une durée de temps limitée, bloquer les fonds placés en assurance vie. Une manière de protéger les épargnants d'un risque systémique. Mais ce texte a été très mal compris (parce que mal expliqué). La loi a été passée en catimini, sans faire de communication autour, et on a donné l'impression qu'en cas de crise comme on a eu à Chypre, ou d'attaque sur la dette de l’État, le gouvernement pourrait ponctionner notre épargne : Ce n'est pas du tout le fond de cette loi.

Aujourd'hui, plus personne ne s'inquiète de cette mesure, d'autant que la crise financière semble loin derrière nous.

Mais la suite de l'actualité 2017 n'allait pas être plus favorable à l'assurance-vie :

Les rendements 2016 ont baissé plus que prévu : 1,8%* selon la FFSA.
Par ailleurs, beaucoup de Français avaient bloqué leurs projets d'investissement, en actions, en immobiliers, ou encore en assurance-vie, dans l'attente du résultat des élections présidentielles. Avant le second tour, selon une étude pour Les Échos, 63% des épargnants sondés, définis comme détenteurs d'un Plan épargne logement (PEL), d'un Plan épargne en actions (PEA) ou d'une assurance-vie, pensaient que l'élection de Marine Le Pen aurait des conséquences négatives pour leurs placements.

Mais alors qu'on aurait pu croire, après la victoire d'Emmanuel Macron, que les épargnants français allaient retrouver le chemin de leur assurance-vie, il n'en a rien été. L'instauration par le nouveau Président de la République de la flat tax de 30 % sur l'ensemble des revenus des capitaux mobiliers a fait craindre une hausse de la fiscalité sur l'assurance-vie (imposée au taux de 7,5% après 8 ans).

:

Retour en grâce en 2018

Toute ces inquiétudes sont derrière nous : au premier semestre 2018, la collecte nette s'est établie à 12,2 milliards d'euros. Déjà 5 milliards de plus que sur toute l'année 2017. À ce rythme on atteindrait presque le record de 2015 sur l'année !

La mise en place de la flat tax pour 2018, plus précisément pour les versements à compter du 27 septembre 2017, n'aura finalement pas eu d'impact négatif sur la collecte. Car même pour les nouveaux versements, l'effet sur la fiscalité des gains de l'assurance-vie est très faible :

- Pour les retraits avant 8 ans, imposés auparavant à 35% ou 15% plus prélèvements sociaux, la flat tax de 30% est même une bonne nouvelle ;

- Seuls les gains des encours supérieurs à 150 000 euros (300 000 euros pour un couple) et versés après le 27 septembre 2017, sont concernés par cette flat tax;

- La flat tax de 30% inclut les prélèvements sociaux de 17,2%. Le taux d'impôt sur le revenu est donc de 12,8%, pas très loin des 7,5% qui était en place pour les contrats de plus de 8 ans. Et alors que l'abattement de 4600 euros (9200 euros pour un couple) sur les gains n'est pas supprimé.

Au final, pour ceux qui ont déjà fait des retraits en 2018, on s'aperçoit que l'effet de la flat tax sur la fiscalité est au pire marginal, au mieux inexistant

Presque tous les placements ont été concernés par la flat tax. L'assurance-vie fait donc figure d'exception puisque le gouvernement a accepté de maintenir ses avantages fiscaux. Et ça, les Français l'ont finalement compris et sont retournés vers l'enveloppe qu'ils avaient délaissée.

:

>> Je demande une documentation gratuite sur l’assurance-vie by MonFinancier

:

Rendements meilleurs que prévus

Autre élément qui parle en faveur de l'assurance-vie : les rendements, stables et meilleurs que prévus en 2017, et alors que les rendements de tous les autres placements monétaires ont baissé

Le taux moyen des fonds en euros pour l'année 2017 était attendu autour de 1,5%, en baisse par rapport à 2016. Mais contrairement aux attentes, de nombreuses compagnies ont distribué des rendements nettement supérieurs, certaines ont même annoncé des taux 2017 en hausse. Le rendement moyen des contrats d'assurance vie s'est finalement établi à 1,80*% selon la FFSA, contribuant ainsi à la reprise de la collecte nette.

Il faut dire que pendant ce temps là, le taux du livret A est tombé à 0,75% en août 2016. Deux fois moins donc que la moyenne des fonds en euros.

Sur MonFinancier Retraite vie, le fonds en euros Suravenir Opportunités a servi en 2017 un rendement de 2,80%* nets de frais de gestion. Le fonds Suravenir Rendement, également disponible sur MonFinancier Retraite vie, a servi quant à lui un rendement de 2*% net en 2017.
>>Je demande une documentation gratuite sur MonFinancier Retraite Vie

Le livret A, dont la collecte a fortement ralenti par rapport à l'an dernier, a également subi les dernières mesures du gouvernement qui a décidé de bloquer son rendement à 0,75% jusqu'en 2020.

Par ailleurs, l'assurance vie bénéficie probablement de l'impact négatif de la flat tax sur les PEL. Qui ne rapportent plus que 1 % et dont les intérêts sont soumis à la flat tax, les épargnants ont tendance à délaisser ce placement autrefois très populaire.

Si vous avez un fonds euros qui vous rapporte une performance de 2%, même sans les avantages fiscaux à 8 ans, et si on paye la flat tax de 30 %, on se retrouve avec un rendement net de 1,4%, donc supérieur à ce qu'on obtient sur tous les livrets réglementés.

En pratique, la fiscalité est rarement aussi élevée. Certes, vous ayez toujours les prélèvements sociaux de 17,2 % (sauf non résidents), mais l'IR n'est prélevé qu'au moment des rachats.

Si vous ne faites pas de rachat, vous ne payez donc pas d'IR. Inévitablement, vous finirez par faire un rachat (quoique...) et donc payer de la fiscalité au moment du rachat. Mais en attendant, l'épargne accumulée continue de produire des intérêts.

Si vous faites un rachat, seule la part de gains incluse dans le rachat est imposée. Cette part de gain est souvent marginale par rapport à la part de versements. Au bout de 8 ans, les gains pris en compte dans les retraits bénéficient avant impôt d'un abattement de 4600 euros pour un célibataire ou de 9200 euros pour un couple. En pratique, une grande partie des intérêts produits par le fonds en euros sera donc exonérée d'IR

Ces performances ne se font pas au détriment de la liquidité. En effet, les sommes investies dans l'assurance-vie sont toujours disponibles. Vous pouvez faire des retraits partiels ou total à n'importe quel moment, et récupérer vos fonds en quelques jours. Vous pensiez que l'assurance-vie était bloquée 8 ans ? Les huit années, c’est pour bénéficier d’une fiscalité plus douce et notamment d'un abattement annuel de 4 600 euros pour un célibataire ou de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé, qui s'applique sur la part de gains retirés.

Pour 2018, le cabinet Facts & Figures estime qu'un rebond du rendement des fonds en euros est possible. Une éventuelle reprise de l'inflation pourrait entraîner la hausse des taux directeurs. Les marchés actions et l'immobilier pourraient soutenir le rendement des fonds en euros, comme en 2017 (où le rendement a dépassé les attentes du cabinet qui tablait sur 1,5 % de rendement). Le cabinet souligne aussi l'importance des réserves des assureurs. La provision pour participation aux bénéfices (PPB) représente 3,35% des encours, ce qui pourrait bien doper les performances.

:

>> Je demande une documentation gratuite sur MonFinancier Retraite Vie



Communication non contractuelle à caractère publicitaire

* Taux de revalorisation pour 2017 nets de frais annuels de gestion, hors prélèvements sociaux et fiscaux. Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs. Chaque nouveau versement sur le fonds Suravenir Opportunités doit comporter 40% minimum en unités de compte. S'agissant du fonds en euros Suravenir Rendement, depuis le 1er novembre 2016, tout versement supérieur ou égal à 250 000 euros doit être investi à 30% minimum en unités de compte. Les investissements en unités de compte présentent un risque de perte en capital, doivent s’envisager dans une optique long terme et porter sur une petite partie d’un patrimoine global. Contrairement au fonds en euros, la valeur de ces unités de compte, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

MonFinancier Retraite Vie est un contrat individuel d'assurance vie assuré par SURAVENIR, Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital entièrement libéré de 400 000 000 euros. Société mixte régie par le Code des Assurances / Siren 330 033 127 RCS Brest. Siège social : 232 rue Général Paulet - BP 103 - 29802 Brest Cedex 9.