Le match MonFinancier > Eiffage ou Vinci, quelle société est la plus béton ?
Imprimer Envoyer par mail

Juin-2014 - Bourse

Eiffage ou Vinci, quelle société est la plus béton ?

Eiffage et Vinci. Pour les automobilistes ces deux groupes sont leur pire cauchemar. Les péages sont de plus en plus chers et les tarifs des parkings pèsent de plus en plus dans leur budget. Mais ces deux groupes ne sont pas que des véritables « pompes à fric », ils sont aussi à l’origine des bâtiments et des infrastructures qui font partie intégrante de notre paysage urbain. Stades, aéroports, lignes de train à grande vitesse, tous ces édifices ne seraient pas sortis de terre sans leur savoir-faire. Mais bien que proches dans leur stratégie, fondée, Eiffage et Vinci sont deux valeurs qui ont leur singularité. Sinon quel aurait été l’intérêt d’un match ? Il n’y a plus qu’à dire : que la meilleure gagne, selon la formule consacrée !

Eiffage

Vinci

Industrie :

>Eiffage est le troisième groupe de BTP et concessions français, derrière Vinci et Bouygues, et le cinquième groupe européen.

Industrie :

>Vinci est le premier groupe de BTP devant Bouygues et Eiffage.

Résultats 2013 :

>CA : 14,3 MdsE

>Résultat opérationnel courant : 1,3 MdE

>Résultat net part du groupe : 257 ME

Résultats 2013 :

>CA : 40,3 MdsE

>EBITDA : 5,6 MdsE

>Résultat net part du groupe : 1,962 MdE

Profil :

>Équilibré

Profil :

>Équilibré

Forces :

>Visibilité de l'activité, avec un carnet de commandes d'un montant équivalent au chiffre d'affaires annuel

> Actionnariat salarié fort

>Amélioration de la marge opérationnelle

Forces :

> Valeur de « bon père de famille »

> Forte réputation en France et à l’international

> Concessions autoroutières et aéroportuaires dix fois plus rentables que la construction

>Performances financières robustes

>Excellente visibilité, tant pour l’activité que pour les marges

> Valeur à rendement élevé

> Valeur opéable, les premiers actionnaires étant les salariés (9,5 % du capital), devant Qatari Diar (5,2 %).

>Super dividende en vue avec la cession du pôle parking

Faiblesses :

>Fort endettement

> Faible présence à l'étranger (16 % du CA et 13 % pour l'Europe).

>Faible marge dans la construction 2,6% vs 4,6% pour Vinci

Faiblesses :

> Légère hausse de l’endettement

> Baisse de la rentabilité opérationnelle des concessions autoroutières en France

> Retard dans le décollage des partenariats public-privé (PPP)

Parcours Boursier :

> Depuis le 01/01/2014 : +18,42%

> Sur un an : +37,53%

> Sur 5 ans : +16,35%

Parcours Boursier :

> Depuis le 01/01/2014 : +14,77%

> Sur un an : +42,06%

> Sur 5 ans : +66,65%

RÉSULTAT DU MATCH

Pas de vainqueur par K.O technique cette-fois. La victoire va se décider aux points. Et c’est Vinci qui est déclaré vainqueur. Ses résultats n’ont jamais baissé, même au pire moment de la crise, en 2009. Un des atouts de Vinci se trouve dans son caractère de plus en plus défensif avec l’importance que prend le modèle de concession/PPP (partenariat public privé) dont l’entreprise est leader mondial. Les concessions ont joué leur rôle d’amortisseur à plein avec une relance des investissements en France et même dans les pays les plus durement touchés par la crise en Europe. A l’international, le groupe rayonne avec un savoir-faire Avec toutes ses forces en sa possession, le groupe se révèle être le plus défensif du secteur. Cette stratégie en béton confère à Vinci le statut de valeur « de bon père de famille » par excellence…