Le match MonFinancier > Bouygues ou Vivendi : reprise du combat !
Imprimer Envoyer par mail

Août-2014 - Bourse

Bouygues ou Vivendi : reprise du combat !

Depuis le (long) feuilleton du rachat de SFR qui a tenu en haleine la communauté financière pendant des semaines, l’ébullition qui anime le secteur des télécoms n’a jamais cessé de s’estomper. Par vagues, des annonces de fusions ou de rumeurs de rapprochement font la une de la gazette boursière. La dernière en date, le rachat de GVT, la pépite brésilienne de Vivendi, qui est désirée à la fois par Telecom Italia et Telefonica. SFR, l’autre ex-filiale de Vivendi, a été l’objet de toutes les convoitises, de la part de Bouygues et de Numericable. Et c'est le cablô-opérateur qui a raflé la mise, mettant Bouygues face à ses difficultés avec sa filiale mobile Bouygues Telecom. La lutte a été âpre pour s’offrir la marque au carré rouge. Revenir sur cet épisode est l’occasion d’opposer ces deux grands conglomérats. Quitte à raviver quelques mauvais souvenirs pour le titre du groupe Martin Bouygues... Place au match !

Bouygues

Vivendi

Industrie :

Bouygues est un groupe industriel diversifié français fondé par Francis Bouygues dont les métiers s’organisent autour de deux pôles : la Construction avec Bouygues Construction, Bouygues Immobilier et Colas, et les Télécoms-Médias avec TF1 et Bouygues Telecom.

Industrie :

Vivendi est un conglomérat actif dans l'univers des contenus, des médias et des télécommunications. Il concentre ses activités autour du groupe Universal Music Group, du groupe de télévision payante Groupe Canal+

Résultats 2013 :

>CA : 33,345 MdsE

>Résultat opérationnel courant : 1,344 MdE

>Résultat net part du Groupe: -757 ME

Résultats 2013 :

>CA : 22,135 MdE

> Résultat opérationnel ajusté : 2,433 MdsE

>Résultat net : 1,44 MdE

Profil :

>Equilibré

Profil :

>Equilibré

Forces :

> Holding industriel aux positions mondiales, historiquement dans le BTP puis diversifié dans les médias, les télécoms et l'énergie ;

>Forte présence dans les pays émergents tels que l'Asie

>Dans l'activité construction, forte présence dans les émergents;

>Contrats signés sur le long-terme ce qui permet d'avoir une visibilité

Forces :

> Éclaircissement de la stratégie, le groupe s’affranchissant peu à peu de son statut de holding après les cessions d’Activision Blizzard et des télécoms -Maroc Télécom et SFR ;

> Vers une redistribution du cash aux actionnaires qui recevront près de 5 MdsE en 2014 et 2015 ;

> Nomination de Vincent Bolloré, administrateur depuis fin 2012, au poste de président du conseil de surveillance ;

Faiblesses :

>Très forte cyclicité des activités Construction/Immobilier;

>Très fort taux d'endettement ;

>Forte dépendance par rapport au groupe Alstom sur les résultats ;

>Nettes difficultés dans la branche télécoms depuis l’arrivée de Free;


>Part importante de la France dans le chiffre d'affaires;


>Difficultés dans la finance et le secteur public;


>Cours de Bourse pouvant varier avec les performances opérationnelles et boursières d'Alstom , de TF1 et de Colas;


> Valeur non opéable, la famille fondatrice détenant encore 20,5 % des actions (29,2 % des droits de vote) et les salariés 23,7 % (28,7 %).

Faiblesses :

> Absence de prévision chiffrée pour 2014 ;

> Dossier survalorisé par rapport à ses concurrents avec un PER au-dessus de 26 pour les deux prochains exercices.

> Réduction de moitié du périmètre d’activité de l’entreprise avec la vente de SFR à Numericable

Parcours boursier :

>Depuis le 1/01/2014 : 0,44%

>Sur un an : 14,09%

>Sur 5 ans : -14,53%

Parcours boursier :

>Depuis le 1/01/2014 : 0,55%

>Sur un an : 18,71%

>Sur 5 ans : 5,19%


RÉSULTAT DU MATCH

Vivendi sort vainqueur de ce match. Le nouveau Vivendi, délesté de SFR, a un visage séduisant. Depuis 2012, le groupe procède à une grande revue stratégique de ses actifs. La mue de Vivendi s’est accélérée avec l’arrivée de Bolloré dans le capital de Vivendi. L'homme d'affaires en est le premier actionnaire avec 5% des parts. Avec seulement ces cinq petits pourcents du capital entre ses mains, l’homme d’affaires a une réelle influence sur la stratégie du conglomérat....Adieu le Vivendi fourre-tout. Bonjour le Vivendi version média. Le groupe s’est par exemple renforcé dans les médias et les contenus en rachetant notamment les 20% qu’il ne détenait pas encore dans Canal+ France. Ces différentes opérations permettent de réduire l’endettement du groupe et de prévoir un retour aux actionnaires de près de 5 milliards d’euros en 2014 et en 2015. Le reste de la montagne de cash sera destiné à asseoir les positions du nouveau Vivendi dans des pays à fort développement et à se renforcer dans le numérique.

Retrouvez ici nos derniers conseils boursiers réservés aux abonnés MF Privé. Pas abonné ? Vous pouvez tester l'offre MF Privé gratuitement pendant un mois.